jeudi 31 décembre 2020

[règles de publication] Commentateurs et contributeurs

Message à l'attention des commentateurs du blog


Puisque la question m'a été posée à plusieurs reprises : oui, vous devez être enregistré pour pouvoir commenter les notes déposées par les contributeurs de ce blog. Si vous désirez rédiger un commentaire, merci de bien vouloir aller lire la suite en cliquant ici.

Message à l'attention des contributeurs du blog

Pour une utilisation facile des rubriques et des archives de ce blog, merci de bien vouloir aller lire la suite en cliquant ici

.

mercredi 1 janvier 2020

[généalogie] espace des contributions

Ami lecteur, afin de te permettre de partager tes découvertes en généalogie, je te propose de laisser tes informations dans les commentaires de ce message-ci (les contributeurs continueront, bien sûr, à publier leurs découvertes sous forme de notes).

mardi 31 décembre 2019

Publications Aullène et Monac (c)ia

À Monac(c)ia, les ouvrages sont en vente à l'épicerie et à l'association "Associu di i monacci".
À Aullène, les ouvrages sont en vente à la maison d'hôtes "Villa cardellini" et à "Yoga in Auddè".

- La ronde des fours à pain
- Grottes et orii
- Moulins au fil de l'eau
- Monaccia au XVIIIe
- Transhumance
- Insectes et arachnides de nos villages
- Des granites, des boules, des tafoni et des orii
- Outils et objets d'autrefois
- Vigne et vignerons
- Cinq années de porcelaine


















dimanche 15 septembre 2019

[Nouvelles] Aullène & Monacia d'Aullène > Mort pour la France > Antoine François LUCCHINI.

Jour pour jour,
Il y a tout juste cent ans,

15 septembre 1919       15 septembre 2019.

Il est Mort pour la France.

LUCCHINI Antoine François.
né le 14 janvier 1893 à Monacia d'Aullène.
fils d'Antoine Marie et de Marie Françoise Colombani.

Dés 1911, il s'engage au 5éme dépôt de la flotte des équipages.
Durant toute la durée de la guerre, il sera affecté à bord d'un sous marin en qualité de Quartier Maitre.

Alors qu'il patrouillait en Mer Salonique, le sous marin a été torpillé par un navire allemand.
Antoine François, a eu la chance de s'en réchapper et surtout de rejoindre à la nage la terre.
Démobilisé et réformé, il est décédé à son domicile à Aullène. 

C'était le frère de Jean Lucchini, mort pour la France le 23.10.1918.






vendredi 6 septembre 2019

lundi 26 août 2019

[Presse] Aullène & Monacia d'Aullène & Soccia > Une cagnotte pour Arthur.

Le 27 juillet dernier, le jeune Arthur Durrafourd, s'est gravement blessé en plongeant à la plage du Pero à Cargése. Pour venir en aide à la famille durement éprouvée, une cagnotte est organisée.
 Le jeune Arthur Durrafourd, est le fils de Céline CHAUVELOT-MAGNANI. 
(Fille de Josy Magnani).


[Presse] Alta-rocca & Aullène > Le patrimoine, les sentiers > Mise en valeur.


dimanche 25 août 2019

[Nouvelles] Aullène > Mairie > Les dénominations des rues et chemins du village.

26 août 2019, réunion publique à la mairie à 17h00 au sujet de la dénomination des rues, places, chemins du village.


lundi 19 août 2019

[Nouvelles] Aullène & Monacia d'Aullène > Mort pour la France > Antoine SINONCELLI.

19 août 1919       19 août 2019.

Jour pour jour,
Il y tout juste cent ans.
Il est MORT pour la FRANCE.

SINONCELLI Antoine, né le 26.11.1894 à Aullène.
Fils de Joseph Jacques Vincent et de Marie Lucie Panzani.
Célibataire, il était âgé de 25 ans.

Sergent fourrier au 31 Régiment d'Infanterie.
Il décède à l'hôpital à Paris-20éme le 19.08.1919 des suites de ses blessures de guerre.
Il résidait alors chez ses parents rue du Fg Saint-Denis à Paris-10éme.

Le 02.06.1915, suite à un violent bombardement, il porte secours à des officiers ensevelis dans un abri.
Il est blessé en septembre 1916 dans la somme.
En mars 1917, il est cité à l'ordre de son régiment.
Il est titulaire de la Croix de guerre avec étoile de bronze.

Son registre militaire se trouve aux archives de Paris 4eme bureau.

Bien que manifestement MORT pour la FRANCE, cette mention ne figure pas sur son acte de naissance, ni sur son acte de décès !  Sans doute, ses parents n'ont pas sollicité cette mesure par jugement du Tribunal d'instance de leur domicile ?
A noter que son acte de décès enregistré à la mairie du 20éme, a été également transcrit à la mairie du 10éme Arrdt de Paris.

Il n'a pas été enregistré dans le marbre des monuments d'Aullène et de Monacia.

Registre matricule archives de Paris.


 Acte naissance mairie d'Aullène.
 Acte décès mairie du 20ème arrdt.
 Acte de transcription mairie du 10éme arrdt.


samedi 17 août 2019

[Nouvelles] Aullène > Les fusillés pour l'exemple > Cérémonie et conférence.


CEREMONIE ET CONFERENCE du 9 AOUT

La statue du Poilu de notre Monument aux morts a repris sa place, après sa restauration. Le retour très attendu de ce soldat de pierre, conçu à l’effigie de notre concitoyen Joseph Tomasini, fusillé pour l’exemple en 14-18, a de fait constitué, bien au-delà de notre village, une reprise dans la mobilisation corse pour la réhabilitation des victimes des Conseils de   guerre. 
Une nouvelle étape dans cette démarche, amorcée à l’initiative de notre Municipalité et de Jackie Poggioli, grand reporter à Viastella, réalisatrice d’un documentaire sur les soldats corses fusillés et cheville ouvrière de la journée du 9 août. 
Cet évènement s’est accompagné d’une cérémonie, d’une Exposition et d’une conférence-débat qui ont attiré, outre les habitants du village, des élus et habitants de toute la région, mais aussi des militants venus de plus loin, adhérents de la Libre Pensée, qui accompagnaient leur camarade Jean-Marc Schiappa. 
Cet historien, Président de l’IRELP, l’Institut de Recherche de la Libre Pensée, était invité pour une conférence sur les Fusillés.   

La cérémonie
La cérémonie devant le monument aux morts a eu lieu en présence de notre communauté villageoise, mais aussi d’élus de toutes obédiences et de diverses institutions, du Député nationaliste de la seconde circonscription de Corse-du-Sud Paulu-Andria Colombani et son assistant Pierre Jo Filiputti aux maires de l’Alta Rocca, en passant par Dominique Bucchini, ancien Président de l’Assemblée de Corse, sous les couleurs du Front de Gauche, Jean-Jacques Panunzi Sénateur LR et Jacques Rocca Serra, ancien Sénateur des Bouches-du-Rhône. 
Un éventail politique comme on le voit très large, que venait compléter Jean-Marc Schiappa, militant trotskiste de très longue date. S’il est en effet le père de Marlène Schiappa, actuelle Secrétaire d’état issue des rangs de Gauche, il n’est pas du tout, pour sa part, entré dans les eaux de la Macronie ! Il a même tenu à plusieurs reprises, notamment sur la Corse, des propos publics très critiques envers les positions du Chef de l’Etat et a rejoint le Comité de soutien de la France Insoumise lors de la dernière campagne électorale pour les Européennes. 
Outre son discours et celui du maire d’Auddè, Pierre Castellani, deux allocutions émanant de jeunes gens du village et témoignant d’une relève particulièrement motivée, ont été prononcées : l’une par Santa Lucchini, arrière-petite-fille du Capitaine Joseph Lucchini, qui avait fait ériger le Monument aux morts, et l’autre par Paul Tomasini-Mazières, 20 ans, descendant du fusillé. 
C’est le plus jeune héritier direct de cette mémoire très particulière de 14-18 à avoir, à ce jour, pris la parole lors d’une cérémonie sur ce sujet, en Corse comme dans l’Hexagone. Il a rappelé qu’il avait presque le même âge, à un an près, que son aïeul lorsqu’il est parti sur le Front et qu’il a été fusillé, même si leur situation familiale était très différente : Joseph Tomasini avait en effet déjà deux enfants, dont l’un était à peine né lorsqu’il a été exécuté !
La prestation de Paul a été d’autant plus émouvante qu’elle a eu lieu devant la statue représentant son ancêtre, dévoilée par un autre jeune homme du village, Ghjulianu Poggioli, arrière-petit-fils quant à lui du Capitaine Joseph Lucchini, maître d’œuvre du Monument aux morts érigé en 1921. 
Comme l’avait désiré l’officier du 173e R.I, ce n’est pas sous l’aspect d’un fusillé mais d’un Combattant qu’est figuré Joseph Tomasini, blessé à Couvonges et condamné à mort en septembre 1914, pour s’être soi-disant … mutilé volontairement :  une Affaire qui était survenue en pleine campagne violemment xénophobe contre les Corses et les soldats provençaux du XVe Corps, accusés de l’échec de l’offensive française - très mal préparée - de l’automne 1914, lors de la Bataille des Frontières !
Après l’allocution de Paul Tomasini, un autre moment très symbolique a suivi, avec l’interprétation par une jeune femme elle aussi originaire de notre village, Davia Benedetti, de la Chanson de Craonne traduite pour la première fois en corse par notre concitoyen Paulu Desanti, à la demande de Jackie Poggioli. 
La présence de cette célèbre chanson, emblématique des mutineries de 1917 et longtemps censurée, semblait faire écho au profil historiquement rebelle d’Auddè, un village marqué au début du XXe par les combats pour la Laïcité, puis en 1943 par la Résistance contre l’Occupant fasciste et dès la fin des Années 60 par la lutte du Mouvement autonomiste puis nationaliste contre le Clanisme, si ancré dans cette région de la Tarra di I Signori.
C’est probablement cet esprit frondeur qui explique pourquoi notre village est non seulement le seul de l’île et de l’Hexagone à avoir l’effigie d’un soldat passé par les armes sur son Monument aux morts, mais également le seul à avoir une stèle bilingue, en corse et en français, rappelant cette histoire. 
En revanche, c’est avec plusieurs autres localités insulaires, du Nord et du Sud de l’Ile, comme Tagliu Isulaccia, Casabianca, Zirubia, Munacia d’Auddè, Petraserena, Santa Riparata di Balagna, que notre village est monté en première ligne, depuis une décennie, pour la réhabilitation des Fusillés pour l’Exemple. Une offensive sans laquelle ils ont été rejoints par bien d’autres, si l’on en juge la pétition signée il y a quelques années sur le sujet.

La conférence
Notre salle communale était bien trop petite d’ailleurs pour accueillir le public venu voir l’Exposition sur les soldats corses fusillés et entendre la conférence. 
A la tribune, Jean-Marc Schiappa, Pierre Castellani et Jackie Poggioli se sont retrouvés au coude-à-coude avec Dominique Bucchini et Paul-André Colombani. 
C’est d’une même voix, concernant les Fusillés pour l’exemple, qu’ont parlé le Député nationaliste membre de l’actuelle Majorité territoriale et l’ancien Président de l’Assemblée de Corse, figure historique du Parti communiste, auteur en 2011 d’une Motion sur la demande de réhabilitation des soldats passés par les armes en 14-18 ou condamnés au bagne ou à la prison par des tribunaux militaires pour des raisons ne relevant pas du droit commun.
Jackie Poggioli, dont le documentaire sur les fusillés corses avait été à l’origine de cette Motion de l’Assemblée de Corse, un texte qui l’évoque d’ailleurs, a rappelé l’identité personnelle de ces soldats insulaires victimes des Conseils de guerre ainsi que leur profil social : des hommes de milieux très modestes et deux militaires de carrière, originaires les uns comme les autres du monde rural. 
Jean-Marc Schiappa est pour sa part revenu sur le long combat de son Association La Libre Pensée concernant les Fusillés en France. Tout dernier acte de cette organisation, elle a été en 2019 à l’initiative d’un très émouvant monument à la mémoire de ces soldats érigé à Chauny, dans l’Aisne. 
Le conférencier a précisé qu’avec son Association, il allait solliciter dès la Rentrée tous les groupes de l’Assemblée Nationale pour qu’ils se prononcent sur la réhabilitation des Fusillés.
Les organisateurs de la journée d’Auddè, appuyés par leurs concitoyens, ont pour leur part lancé une autre proposition, centrée sur l’île et sans doute plus susceptible d’avoir des suites concrètes et rapides. 
S’appuyant localement sur la pétition signée par le maire de de notre village en 2012 et bien au-delà, sur la motion de l’Assemblée de Corse de 2011, réclamant la réhabilitation des fusillés insulaires qui avait été votée à l’unanimité mais n’avait reçu aucune réponse de l’Etat, 
ils ont demandé que les représentants de l’actuelle Collectivité de Corse promulguent officiellement, en son nom, cette réhabilitation: Joseph Tomasini et Joseph Gabrielli ayant été rétablis dans leurs droits durant l’Entre-deux-guerres,  ils ne sont que quatre en fait dont les familles sont toujours en attente d’une réhabilitation, dont celles des deux militaires de carrière, engagés volontaires : le sergent Colonna-Bozzi d’Albitreccia et le caporal Sylvestre Marchetti, de Tagliu Isulaccia.
L’initiative en faveur des Fusillés corses serait l’occasion de faire entendre une nouvelle fois la voix d’une île, qui a montré ces dernières années qu’elle était indéniablement capable de parler en son nom propre. Cette démarche serait le reflet d’une Parole politique non inféodée à un pouvoir d’Etat arc-bouté, plus de cent ans après la première Guerre Mondiale, sur la justification de jugements notoirement entachés d’arbitraire. 
En battant en brèche publiquement ces condamnations pour l’exemple, la Corse serait la terre pionnière d’une mesure de réhabilitation éminemment démocratique : des officiers supérieurs français, notamment le regretté Général Bach, responsable du SHD, le Service Historique de la Défense, ont établi eux-mêmes en effet l’aspect hautement contestable, pour un Etat de droit, des condamnations à mort prononcées par les Conseils de guerre de 14-18, instruments d’une justice d’exception aux procédé expéditifs.
Contrairement à la France, d’autres pays, comme le Royaume-Uni, La Nouvelle-Zélande, le Canada, ont acté depuis des années la réhabilitation de « leurs » fusillés. Sans plus attendre, la Collectivité de Corse pourrait solennellement promulguer la même mesure, de la même façon qu’elle a pris d’autres décisions non conformes à celles de l’Etat, au nom de l’humanité et de la justice. 
C’est en tout cas le souhait des nombreux participants à la Journée d’Auddè et d’élus de tous bords, que les organisateurs remercient d’avoir bravé la canicule pour être présents à leur invitation. 
Un grand merci également à Raymond Lucchini, responsable « Mémoire » des Anciens Combattants du Sud de l’île, venu de Munacia pour enregistrer l’ensemble de cette Journée, ainsi qu’à Jean-Marc Schiappa qui s’est rendu disponible en pleines vacances pour tenir cette remarquable conférence.

[Presse] Aullène > Conférence > Les fusillés pour l'exemple > Jean-marc SCHIAPPA.


[Presse] Monacia d'Aullène > Conférence des Plantes et des Hommes > Fabrice FENOUILLERE.


vendredi 16 août 2019

[Nouvelles] Aullène > Dénomination des quartiers du village.



En prenant connaissance du recensement d’Aullène en 1856, on y découvre 
les dénominations des quartiers du village.    En voici ci-dessous la liste.

Nom du quartier.......Avec le Premier nom de famille concerné.....

CARDELLI                 Chiaroni Vincent.
Argia Commune.........Lanfranchi Marie Antoinette.
Andriaccia.................Tomasini Mathieu.
Croci d'Arbitro............Lucchini Mathieu.      (Ce lieu est situé à Monacia)
Velloso.....................Lanfranchi Marc Marie.
Rombella..................Cesari Mathieu.     (Mon quartier et celui de Marie Victoire Lanfranchi)
Argiola.....................Poli Marie
Chedi Polo.................Lucchini Jean Baptiste.    (Maison de notre quartier ci dessus)
Hameau Maritatu.......Martini Jean Dominique.
Guisepponi...............Benedetti ???
Bartina.....................Chiaroni Don Côme.
Castigneto...............Lucchini Vincent.
Santarellu.................Bellini Dominique.  (Rte Sartène)
Miallu......................Sinoncelli Jérôme.
rue Napoléon............Susini Antoine.
Casalta....................Lucchini Lucchino.
Poggio de l'Eglise.....Bacciochi Rosaria.
Contrade de l'Eglise.....Lucchini Antoine Marie.
Contrade Casalta........Olivesi François.
Mitinudelo  Caserne......Vesperini Marie.

Réf : Archives Départementales d’Ajaccio 6 M 258.